Registres paroissiaux de la Flandre Occidentale

Le Concile de Trente (1545-1375) imposait que les baptêmes, les mariages et certains dossiers des sépultures étaient notés. Seulement à partit de 1359, cette règle a été appliqué d'une manière générale. Les registres paroissiaux sont les principales bases de données des siècles précédents. Les grands événements de la vie humaine ont été écrites dans les registres paroissiaux.

Baptêmes

Ecran de Recherche-Baptêmes

Les registres des baptêmes contiennent non seulement les noms des baptisés, mais aussi les noms des parents. En général, les données des années plus tard sont plus étendues que dans les premières années. Dans les premières années on notait souvent juste le nom du père et de l'enfant et la date de baptême. Plus tard, aussi le nom de la mère. Plus tard on trouve aussi témoins ou des énoncés 'testibus'. Ces noms peuvent jouer un rôle important dans la reconstruction des relations familiales, car il s'agit souvent des grands-parents ou oncles et tantes.

Jusqu'au Concile du Vatican II (1962-1965), l'Église croit que le baptême était la première condition de

Certaines paroisses ont pargois été desservies par le pasteur d'une paroisse voisine où les actes ont été enregistrés. Parfois, le pasteur a fait un commentaire dans les registres comme par exemple, en 1757 à Waardamme, qui était desservie par le curé de Ruddervoorde. Les actes de Waardamme se trouvent dans les registres de Ruddervoorde, même si les gens vivaient à Waardamme.